Hancock.


affiche poster hancock

Réalisation : Peter Berg.
Scénario : Vy Vincent Ngo et Vince Gilligan.
Production : Akiva Goldsman, James Lassiter, Michael Mann et Will Smith.
Musique : John Powell.
Société de production : Columbia Pictures, Relativity Media, Blue Light, Weed Road Pictures, Overbrook Entertainment, Forward Pass et GH Three.
Distributeur : Columbia Pictures.
Date de sortie USA : 2 juillet 2008.
Date de sortie française : 9 juillet 2008.
Titre original : Hancock.
Durée : 1h43.
Budget : 150 millions de dollars.
Box-office mondial : 629,4 millions de dollars.
Box-office USA : 227,9 millions de dollars.
Entrées françaises : 3 078 077 entrées.

Résumé.

Ray est un spécialiste de l’image et de la communication. Il prend en charge de redorer le blason d’Hancock, le super-héros de la ville, un alcoolique sans manière et destructeur.



Casting.

John Hancock : Will Smith (VF : Greg Germain).
Mary Embrey : Charlize Theron (VF : Barbara Kelsch).
Ray Embrey : Jason Bateman (VF : Nicolas Marié).
Aaron Embrey : Jae Head (VF : Anatole Lebon).
Micha : Daeg Faerch (VF : Philippe Cunrath).
Kenneth “Red” Parker Jr. : Eddie Marsan (VF : Gérard Darier).
Hottie : Hayley Marie Norman (VF : Sophie Riffont).



Le saviez-vous ? Anecdotes et coulisses.

Le projet débute en 1992 sous le titre Tonight, he comes avant de devenir John Hancock puis son titre définitif.

Le scénario d’origine était pour un public bien plus averti. Suite à une classification sévère, certains passages furent supprimés ou allégés.

Michael Mann et Tony Scott ont été approchés pour le poste de réalisateur.

image hancock

George Clooney, Ben Affleck, Matt Damon et Leonardo DiCaprio ont été envisagés pour le rôle d’Hancock.

Le tournage s’est déroulé de juillet à novembre 2007 en Californie.

Notre critique de Hancock.

On a toujours l’image du super-héros tout gentil et sauveur du monde, il est donc intéressant de voir son opposé en comportement.

image hancock
image hancock

Le scénario a clairement deux parties assez distinctes dont l’intérêt est loin d’être la même. Le premier acte se veut plutôt plaisant. On oscille entre comédie tant Hancock ne fait pas dans la dentelle et créé des situations improbables mais aussi dans le registre plus dramatique. C’est justement la force de l’histoire car on y retrouve la solitude, l’absence de repère, le doute de soi, supporter le regard des autres… des thèmes intéressants qui ne sont pas utilisés à la légère. Vient alors le second acte qui survient après une révélation… peu intéressante au final. C’est dommage car même si cela permet de relancer l’intrigue sur autre chose, on retombe sur certaines facilités d’écriture et du déjà-vu. Par chance, on a droit à quelques surprises sur la fin même si c’est quelque chose qu’on aurait aimé que ce soit plus approfondi sur la durée.



Hancock est certes alcoolique, sans aucune manière, irrespectueux et égoïste, mais on comprend vite que c’est une sorte de dépression auto-destructrice. Personne ne le comprend, personne n’est comme lui, personne ne l’aime… Il essaye pourtant d’aider les gens mais la manière fait qu’il n’est jamais remercié. On s’attache facilement à lui et à son mal-être. Le fait qu’il ne sache pas d’où il vient renforce ce côté mystérieux. Mystère qui se trouve aussi chez Mary. Elle semble en savoir davantage qu’elle ne le dit et ça va servir également de fil conducteur. Concernant Ray, il a un bon fond car il voit le bien chez les autres, il veut les aider et leur redonner confiance. Il fait un peu le rôle de guide spirituel. Ce qui est appréciable dans ce film est qu’il n’y a pas d’antagoniste, pas de combat de super-héros contre grand méchant. On est plus dans quelque chose de psychologique et de combat intérieur.

image hancock
image hancock

On est dans un film d’action et pourtant, la réalisation ne va pas partir dans l’excès. On a certes des séquences folles mais mesurées afin de plus s’orienter dans du sérieux au bon moment. C’est une bonne chose car ça tranche avec ce qu’on aurait pu s’attendre. Les effets visuels sont d’ailleurs plutôt bien faits et comme il n’y a pas d’abus, on n’en prend pas plein les yeux à l’excès. Pour continuer dans les bonnes choses, la bande originale est très belle, misant beaucoup sur l’émotionnel et ça fonctionne parfaitement sur les scènes dramatiques.

Hancock est plus intéressant qu’on ne le pensait avec des moments touchants.

La note de Fabien


Réalisation : Peter Berg.Scénario : Vy Vincent Ngo et Vince Gilligan.Production : Akiva Goldsman, James Lassiter, Michael Mann et Will Smith.Musique : John Powell.Société de production : Columbia Pictures, Relativity Media, Blue Light, Weed Road Pictures, Overbrook Entertainment, Forward Pass et GH Three.Distributeur : Columbia...Hancock.