Reminiscence.

La note de Fabien

affiche poster reminiscence

Réalisation : Lisa Joy.
Scénario : Lisa Joy.
Production : Michael De Luca, Lisa Joy, Jonathan Nolan et Aaron Ryder.
Musique : Ramin Djawadi.
Société de production : FilmNation Entertainment, Kilter Films et Michael De Luca Productions.
Distributeur : Warner Bros..
Date de sortie USA : 20 août 2021.
Date de sortie française : 25 août 2021.
Titre original : Reminiscence.
Durée : 1h56.
Budget : 68 millions de dollars.
Box-office mondial : 16,4 millions de dollars.
Box-office USA : 3,9 millions de dollars.
Entrées françaises : 138 575 entrées.

Résumé.

Dans un futur où Miama est sous les flots, Nick aide les gens à revivre d’anciens souvenirs grâce une technologie : la réminiscence. Quand il a pour cliente Mae, il en tombe amoureux. Quand elle est portée disparue, il va tout faire pour la retrouver en fouillant les souvenirs des gens.

Casting.

Nick Bannister : Hugh Jackman (VF : Jérémie Covillault).
Mae : Rebecca Ferguson (VF : Laura Blanc).
Emily « Watts » Sanders : Thandiwe Newton (VF : Annie Milon).
Saint Joe : Daniel Wu (VF : Stéphane Fourreau).
Cyrus Boothe : Cliff Curtis (VF : Gilduin Tissier).
Zoe : Nico Parker (VF : Inconnue).
Elsa Carine : Angela Sarafyan (VF : Inconnue).

Le saviez-vous ? Anecdotes et coulisses.

Le projet débute en 2013.

image reminiscence

Le tournage s’est déroulé en Louisiane et en Floride.

Notre critique de Reminiscence.

Un pitch bien intrigant pour une science-fiction traitant des souvenirs.

image reminiscence
image reminiscence

On part dans une enquête pour retrouver une personne disparue grâce à la technologie de revivre des souvenirs et de voir ce que parfois l’inconscient voit. L’idée est plutôt bonne car en parallèle à ça, on voit également l’importance du souvenir, du temps qui passe, d’être emprisonné de son passé… Des sujets importants car très profonds sur un mal-être psychologique. Mais revenons en au vrai fil conducteur. L’intrigue est plutôt bien écrite même si par moment, on reconnait être un peu confus. En effet, on trouve les pièces du puzzle les unes après les autres, s’en forcément voir de liens avant que tout ne s’assemble pour la dernière séquence. Le scénario est proche du film policier noir par son ambiance sombre avec très peu d’espoirs. Néanmoins, il n’y a pourtant pas assez de grosses surprises ni de rebondissements vraiment prenants pour hisser l’histoire au-delà de la simplicité. Dommage aussi de ne pas avoir approfondi le concept des deux « villes », avec les riches à l’abri et les pauvres soumis à la crue infernale du changement climatique.

Bon casting même si ce n’est pas pour autant des prestations qui resteront mémorables. Nick est une sorte de détective qui est bon dans son domaine mais qui va être pris par une obsession à cause d’un amour passionné. Son caractère têtu, même si c’est à bon escient, le plonge dans une spirale presque autodestructrice. Le fait de voir les souvenirs de ses clients le hantent en plus de son passé de militaire. On regrette juste qu’il ne soit pas plus attachant. Il est aidé par Emily, une assistante qui voit un moyen de s’en sortir dans une société miséreuse mais qui se veut loyal envers Nick, voulant l’empêcher d’aller trop loin dans son traumatisme. C’est un peu son sauf-conduit. Quant à la cliente, Mae, on s’interroge tout du long sur ses intentions, entre amoureuse, manipulatrice, fausse, protectrice… L’énigme aura sa résolution et elle est bien construite.

image reminiscence
image reminiscence

Pour une première réalisation, Lisa Joy signe ici une très bonne mise en scène. Qu’on navigue entre souvenir et réalité, l’impact visuel est réussi. Il y a presque une approche artistique par moment, permettant de sortir des sentiers battus pour tenter quelque chose. Il faut dire aussi que le contexte s’y prête en dépeignant un monde futuriste étrange : l’élévation des eaux. Cette idée, rarement vu au cinéma, permet de voir à quoi ressemblerait Miami, pataugeant dans l’eau, barricadé par d’énormes digues qui fuient. De plus, la chaleur étant étouffante, la vie se déroule la nuit et le film accentue ainsi cette noirceur. Cela demande des effets visuels qui sont convaincants, de même pour l’appareil à souvenir, retranscrivant l’image par des filaments tombants du plafond. La bande originale est correcte même si on aurait apprécié des mélodies plus marquantes. Pour rester sur le sonore, la narration de Nick qui nous guide fait écho lorsqu’il guide ses clients pour revivre des souvenirs. On est presque dans sa vision à lui de l’histoire.

Reminiscence a de bonnes idées, une bonne approche de l’utilisation des souvenirs mais manque d’un petit quelque chose pour être plus percutant.

La note de Fabien




Réalisation : Lisa Joy.Scénario : Lisa Joy.Production : Michael De Luca, Lisa Joy, Jonathan Nolan et Aaron Ryder.Musique : Ramin Djawadi.Société de production : FilmNation Entertainment, Kilter Films et Michael De Luca Productions.Distributeur : Warner Bros..Date de sortie USA : 20 août 2021.Date de sortie...Reminiscence.