Retour vers le futur.


affiche poster retour futur back future

Réalisation : Robert Zemeckis.
Scénario : Robert Zemeckis et Bob Gale.
Production : Bob Gale et Neil Canton.
Musique : Alan Silvestri.
Société de production : Universal Pictures, Amblin Entertainment et U-Drive Productions.
Distributeur : Universal Pictures.
Date de sortie USA : 3 juillet 1985.
Date de sortie française : 30 octobre 1985.
Titre original : Back to the future.
Durée : 1h56.
Budget : 19 millions de dollars.
Box-office mondial : 383,3 millions de dollars.
Box-office USA : 212,8 millions de dollars.
Entrées françaises : 3 457 648 entrées.

Résumé.

En 1985, Doc invente une machine à voyager dans le temps. Suite à une mésaventure, son assistant Marty McFly est transporté en 1955. Afin de protéger son existence, le jeune lycéen va devoir faire en sorte que ses parents se mettent ensemble. Le souci, c’est que sa future mère est tombée amoureuse… de lui.



Casting.

Marty McFly : Michael J. Fox (VF : Luq Hamet).
Doc Emmett Brown : Christopher Lloyd (VF : Pierre Hatet).
George McFly : Crispin Glover (VF : Dominique Collignon-Maurin).
Lorraine Baines-McFly : Lea Thompson (VF : Céline Monsarrat).
Biff Tannen : Thomas F. Wilson (VF : Richard Darbois).
Jennifer Parker : Claudia Wells (VF : Martine Regnier).
Strickland : James Tolkan (VF : Jean-Paul Tribout).



Le saviez-vous ? Anecdotes et coulisses.

Le scénario a été rejeté une quarantaine de fois avant d’être accepté.

L’histoire se déroule, au présent, le 26 octobre 1985. Dans le passé, c’est du 5 au 12 novembre 1955.

Dans les premières ébauches de scénario, Marty avait pour nom de famille McDermott. Il était un pirate vidéo qui revendaient des VHS. De même, la machine à voyager dans le temps était un réfrigérateur (mais l’idée fut rejetée pour ne pas inciter les enfants à s’enfermer dedans). La scène culminante était le vol de plutonium dans une centrale nucléaire pour aider Marty à retourner à son époque (remplacée finalement par la foudre sur l’horloge).

Le directeur d’Universal Pictures, Sid Sheinberg, n’approuvait pas le choix du titre « Retour vers le futur ». Il a envoué une note à Robert Zemeckis pour qu’il soit changé en « Space Man From Pluto », en référence à une citation de Marty McFly qui aurait du être modifié dans le scénario lorsque Marty se fait passer pour un alien. Il décida également d’autres changements qui furent acceptés : Professeur Brown est devenu Doc Brown, le chimpanzé Shemp est devenu un chien nommé Einstein et la mère de Marty, prénommée Meg, est devenue Lorraine.

Le choix d’une Delorean comme voiture est suite à son design futuriste et à ses portières « papillons ».

image retour futur back future

Johnny Depp a auditionné pour le rôle de Marty McFly.

Jeff Goldblum, Donald Sutherland, Dick Van Dyke, Steve Martin, Danny DeVito ont été envisagés pour le rôle de Doc Brown ; John Cusack et Charlie Sheen pour celui de Marty McFly ; Tim Robbins pour celui de Biff Tannen.

C. Thomas Howell fut Marty McFly durant deux semaines avant d’être remplacé par Eric Stoltz. Il fut décidé de le retirer du rôle après quelques semaines de tournage car le réalisateur n’était pas convaincu par sa prestation.

Le centre commercial où Marty et Doc se retrouvent pour l’expérience avec la DeLorean a pour titre « Twin Pines Mall » (« Centre commercial Les pins jumeaux »), en référence aux deux pins présents. Lorsque Marty remonte dans le temps, il abat un des pins. Quand il revient au présent, le centre commercial est nommé « Lone Pine Mall » (« Centre Commercial du Pin unique »).

Dans la version française, Marty McFly s’appelle « Pierre Cardin » en 1955 mais dans la version originale c’est « Calvin Klein ».

Lea Thompson a gardé la robe qu’elle portait lors du tournage de la scène du bal du lycée.

Le président Ronald Reagan, ex-acteur, s’est amusé de découvrir la scène où Doc fait référence à lui.

Pour la scène du vieillissement de Lorraine, l’actrice a eu trois heures de maquillage.

La fameuse chanson « Johnny B Goode » n’est pas chantée par Michael J. Fox mais par Mark Campbell.

Tom Wilson, qui incarne Biff, a improvisé sa réplique devenue culte « Butthead » (« Banane »).

Le tournage s’est déroulé du 26 novembre 1984 au 26 avril 1985 en Californie.

Notre critique de Retour vers le futur.

Les histoires de voyage dans le temps, c’est toujours un gros risque mais ce film mérite-t-il son statut culte ?

image retour futur back future
image retour futur back future

Clairement, oui. Le scénario est extrêmement bien construit et écrit mais surtout, il garde une grande cohérence dans la gestion des temporalités. Là où on pouvait s’attendre à de grandes explications scientifiques, on reste dans quelque chose de clair et qui permet de lancer l’intrigue. Avec du recul, on se rend compte que finalement c’est assez simple. Le héros remonte le temps, doit corriger son erreur et revenir dans son présent. Mais l’enchaînement des péripéties permet d’être captif tout en apportant une bonne dose de légère pour en faire une comédie à succès. Il n’y a pas besoin d’avoir de nombreux gags mais ce sont plus des situations cocasses comme la « jeune » mère du héros qui tombe amoureux de son futur fils. Bien sûr, chaque changement peut avoir un impact sur le futur et il faut limiter la casse. Il est amusant aussi de voir la confrontation des deux époques où on arrive à en découvrir beaucoup sur Hill Valley sans avoir de visite guidée. On sent là un potentiel énorme et c’est une bonne chose d’avoir placé ça juste 30 ans en arrière plutôt qu’à une époque beaucoup trop reculée.



Pas besoin d’avoir une pléiade d’acteurs pour participer à une bonne histoire. Ici, on peut se contenter de nos deux héros. D’un côté Marty, un jeune lycéen plein d’enthousiasme, passionné par la musique qui assiste Doc. Il est attachant car il veut bien faire et se veut très gentil mais il va devoir faire attention pour ne pas mettre à mal sa propre existence. Il se débrouille bien pour se sortir des mauvais pas. De l’autre, nous avons Doc, un scientifique loufoque et exalté voire perché et dans la Lune. Mais c’est une caricature amusante de l’homme de sciences qui voit grand et loin pour faire avancer les choses. Le contraste dans le binôme est saisissant mais surtout ils se complètent. On voit aussi entre eux une franche amitié respectueuse. Trois autres protagonistes sont aussi là pour étoffer l’histoire. Tout d’abord George (le futur père), très réservé, qui se fait marcher sur les pieds car il manque de confiance en lui et n’a aucun courage, rêvant plus de science-fiction. Quant à Lorraine (la future mère), elle est simple et rêveuse, amoureuse d’un parfait inconnu et elle se veut plus téméraire pour oser les choses. Enfin, Biff joue l’antagoniste, le gros bras petit cerveau qui maltraite George et tout ceux qui croise en réalité sa route. C’est un méchant qui fait rire et ça fonctionne plutôt bien.

image retour futur back future
image retour futur back future

Robert Zemeckis signe là une une superbe réalisation car il y a beaucoup de rythme et on ne s’y perd jamais. Surtout que lorsqu’il s’agit de voyage dans le temps, on a tendance à s’y perdre si c’est mal géré. Le gros travail qui mérite le détour concerne les décors où on a droit à deux reconstitutions de la ville avec 30 ans d’écart. Il est divertissant de voir l’évolution entre les années 1950 et 1980 et le fait de se concentrer sur un seul secteur de la ville permet de mieux apprécier tout ça. Le choix de la DeLorean comme voiture colle parfaitement à cette touche de science-fiction et c’est limite un personnage à elle toute seule tant tout s’articule autour d’elle en réalité. On aurait pu s’attendre aussi à voir une tonne d’effets visuels mais non, ces derniers se veulent rares (et bien souvent très visible) et c’est une plus-value, permettant de ne pas être noyé dans une surenchère tape à l’œil. On conclut avec la bande originale qui offre des mélodies cultes du compositeur mais aussi deux chansons qui vont rester facilement en tête pour leur entrain.

Retour vers le futur est un petit bijou qui vaut le coup de s’y attarder et qui reste indémodable.

La note de Fabien


Réalisation : Robert Zemeckis.Scénario : Robert Zemeckis et Bob Gale.Production : Bob Gale et Neil Canton.Musique : Alan Silvestri.Société de production : Universal Pictures, Amblin Entertainment et U-Drive Productions.Distributeur : Universal Pictures.Date de sortie USA : 3 juillet 1985.Date de sortie française : 30 octobre...Retour vers le futur.