Sound of Freedom.


affiche poster sound freedom

Réalisation : Alejandro Monteverde.
Scénario : Rod Barr et Alejandro Monteverde.
Production : Eduardo Verástegui.
Musique : Javier Navarrete.
Société de production : Santa Fe Films.
Distributeur : Angel Studios.
Date de sortie USA : 4 juillet 2023.
Date de sortie française : Inconnue.
Titre original : Sound of Freedom.
Durée : 2h04.
Budget : 14,5 millions de dollars.
Box-office mondial : Inconnue.
Box-office USA : Inconnue.
Entrées françaises : Inconnue.

Résumé.

Tim Ballard enquête sur les trafics d’humains. Après avoir sauvé Miguel de l’esclavage sexuel, il doit également sauver sa sœur toujours enfermée, ainsi que tous les enfants qu’il peut aider.



Casting.

Tim Ballard : Jim Caviezel (VF : Inconnue).
Vampiro : Bill Camp (VF : Inconnue).
Paul : Eduardo Verástegui (VF : Inconnue).
Jorge : Javier Godino (VF : Inconnue).
Roberto : José Zúñiga (VF : Inconnue).
Frost : Kurt Fuller (VF : Inconnue).
Earl Buchanan : Gary Basaraba (VF : Inconnue).

Achats.

À venir.



Le saviez-vous ? Anecdotes et coulisses.

Sound of Freedom s’inspire de l’histoire vraie de Timothy Ballard, fondateur et PDG de l’organisation « Operation Underground Railroad » qui agit contre les réseaux de trafic d’enfants.

Le projet débute en 2015.

image sound freedom

Le tournage s’est achevé en 2018 mais aucun studio n’a souhaité le distribuer durant des années.

Le tournage s’est déroulé en Colombie et en Californie.

Notre critique de Sound of Freedom.

Un thème peu souvent abordé au cinéma : le trafic sexuel d’enfants. Cela peut être dur à voir.

image sound freedom
image sound freedom

Il est clair que ce n’est pas le film policier à mettre devant tous les yeux, tout du moins dans sa première partie. On y découvre les réseaux de pédophilie, le trafic d’enfants, la manière dont ils sont traités, quels sont les pervers qui le veut… et tout le business financier qui tourne autour comme de vulgaires marchandises. C’est dur et on sent qu’on va plonger en enfer. L’enquête se veut prenante. Puis la seconde moitié baisse d’un cran en qualité avec le sauvetage de la dernière chance où on entre bien plus dans une longue mission. On va au cœur du trafic là où les enfants sont enlevés. On y trouve de la tension car l’agent est infiltré mais on s’éloigne un peu du sujet initial. Dommage de ne pas avoir creuser davantage sur ceux qui pratiquent pour mieux les exposer et les dénoncer. On sort du film quand même avec un mal être de se dire que ça existe toujours de nos jours.



Dans le rôle du policier, Jim Caviezel qui livre une bonne prestation. Il prend à cœur son travail car il veut sauver les enfants mais il n’est pas pour autant le grand soldat combattif et invincible. C’est presque un « simple » enquêteur car ce n’est pas sa force physique qui prime mais sa force morale. En effet, il va devoir aussi devoir supporter les atrocités qu’il voit. Cela joue sur son moral tant l’armure peut être faillible mais son courage est plus fort. On regrette que cette facette ne soit pas plus approfondie. Il est aidé par plusieurs personnes sur sa route mais à part Vampiro, ils ne sont guère développés. Même constat pour ceux qui travaillent dans les trafics. Par chance, on échappe au caricature de grand méchant mais il manque un petit quelque chose les concernant pour les rendre davantage détestable via les actes qu’ils font.

image sound freedom
image sound freedom

Si nous ne sommes pas face à un chef d’œuvre de réalisation, il faut noter que la mise en scène offre parfois de beaux plans à voir, jouant sur les contrejours et l’éclairage, donnant un sentiment de malaise plus prononcé. L’ambiance globale se veut dérangeante et on ne tombe jamais dans une surenchère de film d’action : pas de fusillade, de combat, de course poursuite… Une forme de sobriété qui mise plus sur le psychologique que sur le visuel. Il y a aussi un gros effort sur la bande sonore, certains séquences se déroulant à travers les oreilles des enfants. La bande originale se également veut très belle, insufflant plus d’émotions dans des scènes poignantes. On retient surtout le chant du « son de la liberté » qui prend aux trippes interprétée par une chorale d’enfants.

Sound of Freedom est un film autant dérangeant que touchant sur un fléau de l’humanité : le trafic d’enfants.

La note de Fabien


Réalisation : Alejandro Monteverde.Scénario : Rod Barr et Alejandro Monteverde.Production : Eduardo Verástegui.Musique : Javier Navarrete.Société de production : Santa Fe Films.Distributeur : Angel Studios.Date de sortie USA : 4 juillet 2023.Date de sortie française : Inconnue.Titre original : Sound of Freedom.Durée : 2h04.Budget : 14,5...Sound of Freedom.