Intraçable.


affiche poster intracable untraceable

Réalisation : Gregory Hoblit.
Scénario : Allison Burnett, Robert Fyvolent et Mark R. Brinker.
Production : Tom Rosenberg, Gary Lucchesi, Andy Cohen, Steven Pearl, Hawk Koch et Richard S. Wright.
Musique : Christopher Young.
Société de production : Screen Gems, Lakeshore Entertainment et Cohen / Pearl Productions.
Distributeur : Screen Gems.
Date de sortie USA : 25 janvier 2008.
Date de sortie française : 5 mars 2008.
Titre original : Untraceable.
Durée : 1h41.
Budget : 35 millions de dollars.
Box-office mondial : 52,9 millions de dollars.
Box-office USA : 28,7 millions de dollars.
Entrées françaises : 124 491 entrées.

Résumé.

Jennifer travaille à la cybercriminalité du FBI. Elle enquête sur un site Internet qui diffuse en direct des meurtres qui sont de plus en plus rapides à mesure que les internautes s’y connectent.



Casting.

Jennifer Marsh : Diane Lane (VF : Caroline Beaune).
Griffin Dowd : Colin Hanks (VF : Emmanuel Garijo).
Eric Box : Billy Burke (VF : Loïc Houdré).
Owen Reilly : Joseph Cross (VF : Stéphane Ronchewski).
Stella Marsh : Mary Beth Hurt (VF : Nicole Favart).
Annie Haskins : Perla Haney-Jardine (VF : Alice Orsat).
David Williams : Christopher Cousins (VF : Guy Chapellier).



Affiches.

Images.

Le saviez-vous ? Anecdotes et coulisses.

Diane Lane a suivi une formation du FBI pour se préparer à son rôle.

image intracable untraceable

Le tournage s’est déroulé en février 2007 dans l’Oregon.

Notre critique de Intraçable.

Voyeurisme et internet, sordide et thriller, tout semble là pour donner un bon film.

image intracable untraceable
image intracable untraceable

C’est même un excellent scénario qui nous ait proposé. Tout d’abord sur l’enquête policière qui est une course contre la montre surtout que les victimes n’ont aucun lien entre elles et qu’il faut traquer un fantôme. Rien n’est facile et ça rajoute ainsi de la tension car pour remonter à la source, il faut accepter d’avoir des victimes sur le parcours. Ensuite, car le film va dénoncer un travers de la société : le voyeurisme malsain. Quand on voit un accident sur la route, on a tendance à ralentir pour voir ce qui est arrivé. Ici, c’est une version plus moderne avec des meurtres en direct. Là où c’est dérangeant, c’est que forcément la curiosité prend le dessus de se dire « tiens on va voir » mais le mal est déjà fait. C’est d’autant plus réussi qu’on se retrouve nous-même spectateur. L’ambiance est malsaine et la tension est fortement présente. On regrette aussi par moment un langage technique d’informatique assez poussé qui impressionnera les novices mais qui est juste là pour donner un sentiment de « spécialité » sans grandes explications.



Excellent casting et surtout excellent traitement des personnages. Même s’ils n’ont pas un fort développement, ils sont parfaitement crédibles. Jennifer est experte en cybercriminalité mais se trouve confrontée à plus fort qu’elle. Elle n’est donc pas la « super flic clichée » et ça donne quelque chose de plus humain. Ses deux partenaires sur l’enquête sont du même acabit. L’un est dans la cybercriminalité aussi, plus jeune et plus au courant des tendances actuelles, l’autre est enquêteur de police plus classique et qui a donc une autre vision des choses. On arrive à s’attacher à eux. Quant au tueur, petite déception sur ce côté là car mis à part qu’on découvre rapidement son identité. Néanmoins, ses motivations sont convaincantes car il dénonce aussi les médias qui profitent d’images sordides pour l’audimat, ce qu’on voit au fil du métrage avec la presse qui parle du site Internet, propulsant ainsi encore plus d’internautes « meurtriers ».

image intracable untraceable
image intracable untraceable

Forcément avec un thriller, il faut maintenir une forme d’oppression et c’est parfaite maîtrisé ici. On reste dans une mise en scène classique mais qui fait parfaitement le travail. On se sent mal au fil de l’histoire avec un rythme qui est aussi pesant que soutenu tant on sent vraiment cette course contre la montre pour sauver des vies et contrer la fascination morbide des gens. La colorimétrie est terne, grisâtre et ça contribue à retirer cet aspect chaleureux. La bande originale est simple mais qui donne le danger nécessaire.

Intraçable dénonce la curiosité glauque de la société dans un thriller très réussi.

La note de Fabien


Réalisation : Gregory Hoblit.Scénario : Allison Burnett, Robert Fyvolent et Mark R. Brinker.Production : Tom Rosenberg, Gary Lucchesi, Andy Cohen, Steven Pearl, Hawk Koch et Richard S. Wright.Musique : Christopher Young.Société de production : Screen Gems, Lakeshore Entertainment et Cohen / Pearl Productions.Distributeur : Screen...Intraçable.