Sueurs froides.


affiche poster sueurs froides vertigo

Réalisation : Alfred Hitchcock.
Scénario : Alec Coppel et Samuel Taylor.
Production : Alfred Hitchcock et Herbert Coleman.
Musique : Bernard Herrmann.
Société de production : Alfred J. Hitchcock Productions.
Distributeur : Paramount Pictures.
Date de sortie USA : 9 mai 1958.
Date de sortie française : 28 janvier 1959.
Titre original : Vertigo.
Durée : 2h08.
Budget : Inconnu.
Box-office mondial : 7,8 millions de dollars.
Box-office USA : 7,7 millions de dollars.
Entrées françaises : 2 701 779 entrées.

Résumé.

Ancien policier souffrant de vertige, John Ferguson est engagé pour suivre Madeleine, une femme qui se prendrait pour quelqu’un d’autre aux dires de son mari.

Casting.

John « Scottie » Ferguson : James Stewart (VF : Roger Tréville).
Madeleine Elster / Lucie Barton : Kim Novak (VF : Nadine Alari).
Marjorie « Betty » Wood : Barbara Bel Geddes (VF : Lily Baron).
Gavin Elster : Tom Helmore (VF : Jacques Beauchey).

Le saviez-vous ? Anecdotes et coulisses.

Sueurs froides est l’adaptation du roman D’entre les morts de Boileau-Narcejac publié en 1954.

Vera Miles et Marilyn Monroe ont été envisagées pour le rôle de Madeleine.

image sueurs froides vertigo

Une technique cinématographique est apparue avec ce film, appelé « effet Vertigo » ou « trans-trav ». Cela consiste à faire un travelling vers l’arrière tout en zoomant vers l’avant, donnant alors l’impression que le décor s’allonge.

Le tournage s’est déroulé du 30 septembre au 19 décembre 1957 en Californie.

Notre critique de Sueurs froides.

Du mystère en apparence, cela a souvent du bon pour tenir en haleine.

image sueurs froides vertigo
image sueurs froides vertigo

Effectivement, le début du film est prometteur, nous provoquant un intérêt à découvrir la vérité sur ce qui se passe avec Madeleine. On hésite donc entre être dans un film fantastique ou bien quelque chose de sérieux. Ce double jeu fonctionne très bien. L’enquête était jusque là prenante mais comme bien souvent, l’intrigue vire dans la romance et malheureusement, la passion disparait. Il y a même des incohérences comme une femme qui se réveille toute nue dans le lit d’un homme qu’elle ne connait absolument pas et elle n’est même pas choquée. Tout est classique et sans grande conviction. Ce n’est même plus un coup de foudre à cette vitesse là. Le scénario se divise même en deux parties. Après une péripétie qui on l’avoue surprend, on bascule alors dans quelque chose qui revient enfin au sujet d’origine, le thriller. On nage en pleine confusion et ça nous perturbe car on ne sait plus quoi et qui croire. Il est juste dommage que ça ne dure qu’un temps vu qu’on nous révèle rapidement la vérité, il n’y a que le héros qui ne le sait pas. Enfin, concernant l’acrophobie, cela n’a finalement pas un véritable intérêt au métrage.

Il est dommage aussi de sentir un casting dans la retenue. James Stewart comme Kim Novak sont trop dans la sobriété pour marquer les esprits positivement. Il incarne John, souffrant des hauteurs mais ce concept n’est jamais clairement exploité sur le personnage qui ne va que de rares fois prendre un escalier. On a du mal à s’attacher à lui car il se veut trop charmeur sans grandes raisons. On le voit plus souvent amoureux qu’enquêteur et la vérité ne semble même plus l’intéresser, préférant juste combler sa solitude. Il en devient même manipulateur malsain. Quant à elle, le seul point notable est qu’elle incarne deux personnages. Madeleine est une femme perturbée mais qui n’en connait pas l’origine. Par conséquent, on n’arrive pas à compatir à ce qu’elle traverse. Puis elle incarnera Lucie, quelqu’un de bien plus énergique qui va entrer dans un jeu sordide et ce d’un claquement de doigts alors que n’importe qui aurait fuit. L’amie de John, amoureuse de lui sans lui dire, avait du potentiel mais ne sert que de figuration. Enfin, le mari de Madeleine est éjecté du scénario sans explications alors que c’est lui qui veut savoir ce qui arrive à sa femme.

image sueurs froides vertigo
image sueurs froides vertigo

Alors qu’on pensait qu’on éprouverait beaucoup de tensions avec un tel sujet, on a vite déchanter. Il n’y a pas grande qualité dans la réalisation si ce n’est l’effet de vertige qui est la seule trouvaille artistique. Tout le reste est simple et sans audace. Pour un film qui pouvait jouer sur les hauteurs, à part quelques exceptions, on se contente juste d’appartements. Les séquences tirent parfois un peu trop en longueur et créent un ennui. Même la bande originale se veut sans saveur et ne participent pas à donner un sentiment de malaise.

Sueurs froides nous a effectivement refroidi car peu palpitant, pas crédible et des idées un peu bâclées.

La note de Fabien


Réalisation : Alfred Hitchcock.Scénario : Alec Coppel et Samuel Taylor.Production : Alfred Hitchcock et Herbert Coleman.Musique : Bernard Herrmann.Société de production : Alfred J. Hitchcock Productions.Distributeur : Paramount Pictures.Date de sortie USA : 9 mai 1958.Date de sortie française : 28 janvier 1959.Titre original :...Sueurs froides.