Le terminal.


affiche poster terminal

Réalisation : Steven Spielberg.
Scénario : Sacha Gervasi et Jeff Nathanson.
Production : Laurie MacDonald, Walter F. Parkes et Steven Spielberg.
Musique : John Williams.
Société de production : Dreamworks Pictures, Amblin Entertainment et Parkes/MacDonald Image Nation.
Distributeur : Dreamworks Distribution.
Date de sortie USA : 18 juin 2004.
Date de sortie française : 15 septembre 2004.
Titre original : The terminal.
Durée : 2h01.
Budget : 60 millions de dollars.
Box-office mondial : 219,1 millions de dollars.
Box-office USA : 77,8 millions de dollars.
Entrées françaises : 1 145 263 entrées.

Résumé.

Viktor Navorski arrive à l’aéroport JFK de New York. Au moment de s’enregistrer, il apprend que son pays, la Krakozie, a été renversé. Devenu apatride, il se retrouve coincé dans l’aéroport.

Casting.

Viktor Navorski : Tom Hanks (VF : Jean-Philippe Puymartin).
Amelia Warren : Catherine Zeta-Jones (VF : Marjorie Frantz).
Frank Dixon : Stanley Tucci (VF : Pierre-François Pistorio).
Joe Mulroy : Chi McBride (VF : Jacques Martial).
Enrique Cruz : Diego Luna (VF : Marc Saez).
Dolores Torres : Zoe Saldaña (VF : Ethel Houbiers).
Waylin : Corey Reynolds (VF : Daniel Lobé).
Bobby Alima : Guillermo Diaz (VF : Cédric Dumond).
Thurman : Barry Shabaka Henley (VF : Daniel Kamwa).
Gupta Rajan : Kumar Pallana (VF : Michel Elias).

Le saviez-vous ? Anecdotes et coulisses.

Le terminal s’inspire de l’histoire vraie de Mehran Karimi Nasseri, un iranien sans papiers ayant perdu sa nationalité et se retrouvant bloqué à l’aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle de 1988 à 2006.

Sam Mendes et Robert Zemeckis ont été un temps attachés à la réalisation du projet.

image terminal

L’intérieur de l’aéroport vu dans le film est une reconstitution en studios qui a nécessité seize semaines de construction.

Le tournage s’est déroulé du 1er octobre au 12 décembre 2003 au Canada et en Californie, ainsi qu’à New York.

Notre critique de Le terminal.

Voilà une histoire bien cocasse et le pire, c’est que ce n’est pas si inventé que ça.

image terminal
image terminal

Se retrouver coincé dans un aéroport, ça peut arriver à beaucoup suite à un vol annulé ou un retard interminable. Mais d’y passer autant de temps pour des raisons légales et géopolitiques, c’est un concours de circonstances des plus exceptionnels. On est donc face à un film mêlant le drame de voir un homme isolé, dans un pays dont il ne connait pas la langue ni les coutumes, devant s’adapter avec les moyens du bord pour vivre, avec la comédie tant certaines séquences sont particulièrement amusantes sans tomber dans des gags bêtes et méchants. Le scénario nous transporte perpétuellement tant c’est un concept loufoque et tellement original qu’on a qu’une envie, c’est d’en connaître le dénouement. L’ambiance se veut clairement familiale mais ce n’est pas trop simpliste, apportant plusieurs thématiques comme l’adaptation, la compréhension, les inquiétudes, le questionnement… et bien sûr l’amour. Certes, ce dernier point n’est pas là pour faire « film romantique » mais c’est une forme d’attirance platonique qui ne fait pas mauvais effet.

Avec Tom Hanks, on est rarement déçu de sa prestation et il offre à nouveau une interprétation touchante grâce à son personnage. Il est très jovial mais il va perdre tous ses repères en voyant ce qui arrive à son pays, sans compter ce qu’il vit aux États-Unis dont il ne peut y aller réellement. Coincé dans un lieu insolite, il se veut débrouillard et va réussir à survivre. On le voit aussi ne jamais baisser les bras, cherchant à apprendre la langue pour communiquer, profitant des rouages du système pour subvenir à ses besoins et aussi se lier d’amitié avec les membres du personnel. Il a un objectif qu’on découvrira que tard dans le film et ça le rend encore plus attachant. Ses nouveaux amis ont des caractères bien trempés entre celui amoureux de l’agent des douanes qu’il n’ose aborder, la même agent qui est de nature sèche avant de s’ouvrir petit à petit à sympathiser avec Viktor, le paranoïaque en situation illégal, l’organisateur de paris clandestins… Des personnages haut en couleur qui forment la nouvelle famille du héros apatride.

image terminal
image terminal

Mais notre héros a aussi un adversaire. Non pas un grand méchant mais le directeur de la sécurité de l’aéroport qui doit faire respecter le règlement tout en devant gérer cette situation… ingérable. Il ne cherche pas à faire le mal car il a en plus un côté comique en soi et on comprend les raisons qui le poussent à agir comme ça. En effet, afin d’obtenir une promotion, il veut pousser Viktor à la sortie même si c’est illégal pour s’en débarrasser. Enfin, il y a Amélia, l’hôtesse de l’air toujours en mouvement et bavarde qui va s’attacher à Viktor malgré qu’elle soit dans un couple qui ne va pas très bien. Ce n’est pas vraiment une forme d’amour mais une attirance interdite, voyant en lui un homme sincère et touchant.

Tourner un film exclusivement dans un terminal d’aéroport, il fallait oser et Steven Spielberg relève brillamment le défi. Il apporte une mise en scène soignée qui captive pleinement, profitant des lieux pour nous faire découvrir un aéroport d’une autre façon. On est clairement dans une petite ville où chaque vendeur est un habitant et ça se ressent bien à l’écran. On ne voit pas le temps passer et certaines séquences apportent leur lot d’émotions. La bande originale de John Williams donne une petite touche de fantaisie supplémentaire mais aussi de petites tensions quand il faut.

image terminal
image terminal

Le terminal est un magnifique film émouvant et amusant partant d’une situation originale.

La note de Fabien


Réalisation : Steven Spielberg.Scénario : Sacha Gervasi et Jeff Nathanson.Production : Laurie MacDonald, Walter F. Parkes et Steven Spielberg.Musique : John Williams.Société de production : Dreamworks Pictures, Amblin Entertainment et Parkes/MacDonald Image Nation.Distributeur : Dreamworks Distribution.Date de sortie USA : 18 juin 2004.Date de sortie...Le terminal.